thumbnail of CFE-CGC_CR réunion de la commission paritaire du 18 mars 2020

Réunion commission paritaire réduite ( DSC et DSC adjoints) par SKYPE + Audio

Le 18 mars 2020


Mots-Clés
: Intercontrat – Télétravail – Coronavirus – Gfi – Réunions IRP –

Présents :

  • CFE-CGC : Alina TORTOCHAUT, Olivier MAULMY
  • CFTC : Michel LE GOUVELLO, Bertrand DE BEAULIEU
  • Solidaires : Vincent BRACHETTI, Patrice BOUVET

Direction :

Nicole LAÏK, Nicolas JUVIN-PIRON, Anne DUMONT

Absents :

  • CFDT n’a pas réussi à se connecter (ni audio ni Skype)

Début de réunion 16H00

La Direction rappelle que le CSEC du 17 mars devait surtout servir à expliquer comment l’entreprise et les IRP allaient fonctionner dans la période de crise sanitaire et que des mesures avaient été prises à titres conservatoire pour la protection de la santé des salariés.

Un seul membre du CSEC s’est connecté le 17 mars (le RS Solidaires)

Réunion des IRP par Skype :

Syndicats : la réunion du 18 mars du CSEC ne pouvait pas se tenir par Skype avec 40 participants et un ordre du jour initialement prévu contenant des consultations importantes notamment réorganisation des forces de vente et d’autres sujets complexes.

Direction : tenir désormais les réunions d’IRP exclusivement sur les sujets relatifs à la crise sanitaire Covid-19 et suspendre les autres points ; elle ajoute que le vote par Skype ne peut pas être confidentiel.

Syndicats : d’accord mais disposer aussi de n° privatifs de conf call par CSE car tout le monde n’a pas accès à Skype. Direction :

  • va s’informer auprès des SG de cette éventuelle possibilité.
  • Réunion hebdomadaire de la CSSCTC avec remise d’un reporting dont les paramètres seront à ajuster ( le 1er sera transmis ce soir) : les prestations suspendues, le nombre de salariés en télétravail, sur sites Gfi, sur sites clients ( Syndicats : ajouter une vision globale pays par pays)…
  • Les DSC seront en copie de ces reportings hebdo.

Déplacements des représentants du personnel :

Direction : il faut une attestation autorisant un tel déplacement signé par l’entreprise et par le salarié, en indiquant un point de départ , un point d’arrivée, pour chaque déplacement . Les RRH feront ces attestation, mais seuls les déplacements véritablement indispensables doivent être maintenus

Présence de salariés dans les sites Gfi :

Direction : seuls les sites de Lille, Nantes, Lyon et Saint Ouen ont des salariés présents . Partout ailleurs les salariés sont en télétravail.

Syndicats : présence de salariés d’entreprises sous-traitantes comme le ménage et la sécurité ?

Direction : pas de sous-traitants dans les sites Gfi sauf pour la sécurité : Saint Ouen, Boulogne , Mozart ; dans certains sites (SIS Courbevoie, Bdoc Courbevoie, Gfi Progiciels Reims) il y a des serveurs et des salariés pourraient intervenir si nécessaire ( ils ont un laisser-passer permanent).

Reportings habituels transmis aux CSE :

Direction : les reportings habituels sont maintenus (effectifs , résultats économiques) mais les points traités en réunions seront limités à ceux relatifs à la crise sanitaire Covid-19.

Arrêts de mission :

Direction : la priorité est de lever les contraintes de télétravail dans les contrats clients qui doivent être renégociés. Il est actuellement appliqué à 82% des salariés en activité ( hors salariés en intercontrats)

Syndicats : il faut donner des consignes pour que les périodes d’essais ne soient pas rompues du fait de la crise sanitaire.

Embauches :

Direction : Gfi honorera ses engagements ; les nouvelle embauches se font en les décalant en juin ou juillet.

Cas de l’impossibilité pour des salariés de passer en télétravail :

Direction : Soit c’est un cas prévu par la loi : parents d’enfants de moins de 16 ans arrêt de travail traité en paie et c’est les IJSS avec maintien de salaire si le salarié a plus d’un an d’ancienneté ; si autre cas intercontrat.

Chômage partiel :

Direction : à ce stade il n’en est rien et aucune disposition n’a été prise en ce sens ; on verra plus tard si cette solution sera utilisé . La CCN prévoit des dispositions meilleures que la loi.

Stress lié à la mise en télétravail total et soudain

Direction : il est prévu un reporting quotidien pour garder le contact des équipes et faire remonter les éventuels pb de blocage technique de sorte que les salariés ne restent surtout pas « en rade » . Sur ce point elle souligne que la DSI fait un « sacré boulot » car les lignes sont très sollicitées et au niveau national il peut aussi survenir des ralentissement voire des tombées de lignes .

Syndicats : les salariés travaillent en mode dégradé et il ne faut pas que cela leur soit reproché. Certains salariés sont stressés par cela . Certains n’ont pas l’habitude de travailler en télétravail. Veiller à ce que le ton des communications de la Direction vers les salariés soit « bienveillant » . Il ne faut pas rajouter du stress au stress déjà très prégnant.

Direction : une charte du télétravail est en cours de rédaction , les IRP pourront contribuer . Un « boite » destinée aux managers a été mise en place afin que la Direction les aident face à des situations diverses et nouvelles et les questions qu’ils se posent.

Planning des réunions de la commission paritaires :

Syndicats : on propose une fois toutes les 2 semaines.

Direction : OK das un format DSC + DSC-adjoints, par Skype . la prochaine sera le 2 avril à 10H . Une convocation Skype sera envoyée.

Point des cas déclaré de salariés ayant contracté le Covid-19

Direction : 10 cas connus et les salariés concernés vont bien.

Syndicats : quid des salariés ayant des fragilités de santé notamment lorsqu’ils doivent intervenir sur sites clients ? Direction : il pourront être en arrêt de travail s’il n’est pas possible qu’ils soient en télétravail . Actuellement on dénombre 250 arrêts de travail essentiellement des parents qui sont en arrêt spécifiques pour garde d’enfants de moins de 16 ans. En cas d’enfants en bas âge pour qui le télétravail ne peut pas être mis en pratique, il faut solliciter un arrêt de travail .

Syndicats : parmi les 250 salariés en arrêt de travail , prévoir dans le reporting de dénombrer ceux qui ont + d’un an d’ancienneté et ceux qui ont moins d’un an d’ancienneté ( car pas de maintien de salaire) . Il faudrait que Gfi maintienne le salaire exceptionnellement pour ces derniers , du fait la crise sanitaire.

Cellule de crise Gfi :

Direction : la cellule de crise se réunit tous les jours . Un partie est dédiée à l’international l’autre à la France .

Fin de réunion 17H

Prochaine réunion : 2 avril 2020 , 10H via Skype

thumbnail of CFE-CGC-03-2020

Vous avez dit « Charte de l’intercontrat à domicile » ?

Le 29 Février 2020

Elle est passée par ici, elle repassera par là, la Charte de l’intercontrat circule un peu partout dans les régions et en IDF. Ce document qui n’est pas nouveau et qui vise à établir les obligations du salarié lorsque la Direction lui octroie le droit d’effectuer sa période d’intercontrat à domicile plutôt qu’à l’agence, s’apparente plutôt à des directives émanant de la seule Direction .

L’obligation faite au salarié de signer un tel document le ferait presque passer pour un avenant à son contrat de travail. La plus grande prudence est de mise car il engage fortement le salarié et lui impose notamment des délais très stricts pour se rendre à l’agence en cas de convocation. Est-il vraiment sérieux d’envisager de convoquer un salarié à son agence, le jour même en le contactant jusqu’à 16H ? Sans même laisser le temps aux parents d’organiser la garde de leurs enfants ?

Cette « Charte » sera présentée aux CSE de l’UES qui ne manqueront pas de suggérer quelques aménagements : la Direction s’inscrira-t-elle dans un état d’esprit de co-construction avec les représentants du personnel ou dans une politique de diktats ?

Le 49.3 ou la concertation ? (à suivre lors des réunions des CSE de fin mars)

Mieux organiser les périodes d’intercontrat : les propositions de la CFE-CGC que la Direction ne veut pas entendre !

Depuis de nombreuses années (nous ne les compterons pas pour ne pas indisposer la Direction), la CFE-CGC porte des revendications frappées au coin du bon sens, afin que les périodes d’intercontrat, soient les plus enrichissantes possibles pour les salariés

En 2020, comme les années précédentes la CFE-CGC a remis l’ouvrage sur le métier dans le cadre des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) et cette année encore, la Direction a fait la sourde oreille ! Pourtant qui trouverait à redire à nos demandes ci-après ?

Constat : En raison d’un défaut d’encadrement de ces périodes pourtant structurelles dans les activités des ESN, celles-ci sont généralement mal utilisées et conduisent parfois à des dérives : pression psychologique, obligation de prendre son solde de congés à des dates imposées par le management, obligation de se rendre à l’agence de rattachement ( nonobstant des temps de trajets longs) pour dérouler (à l’infini ?) des cursus de « formation » de type e-learning sans qu’un projet de formation réfléchi ait été mis en place préalablement…

Revendications:

  • Nous demandons qu’un encadrement de ces périodes soit instauré car elles peuvent généralement être anticipées dans leurs dates et leur durée et qu’elles soient systématiquement utilisées pour un cursus de formation qualifiant, dans le cadre d’un projet d’évolution construit conjointement entre le salarié et son management, afin d’améliorer l’adaptation à une future mission par l’élargissement du spectre des compétences.

  • Nous demandons également que la sortie de la période d’intercontrat soit appréhendée dans le respect de l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle de sorte qu’au moins 3 missions soient proposées, tenant compte des obligations familiales des salariés (cas des charges de famille : enfants, mais aussi conjoint dépendant et/ou ascendant dépendant) donc en évitant des perspectives intenables de déplacements éloignés dans certains cas.

  • Enfin, nous demandons qu’il soit interdit au management de se servir des « congés payés et/ou RTTS » comme variables d’ajustement à leur main exclusive, pour améliorer le résultat de leur P&L. Seuls les jours de RTTE peuvent être utilisés dans ce but.

Rejoignez l'équipe CFE-CGC du Groupe Gfi !